Images dérangeantes diffusées sur internet : le FBI s’explique

Hier dans la soirée, des internautes ont pu voir apparaître dans leur flux d’actualité des images, souvent floues et de mauvaise qualité, tirées d’une vidéo ayant apparemment « fuité » des serveurs du Bureau d’Investigation. Le FBI, qui n’a vraisemblablement rien à voir dans cette divulgation inopportune, a rapidement tout mis en œuvre pour retirer la vidéo des principaux sites de diffusion. Reste que des captures d’écran circulent encore un peu partout. Pour des raisons de déontologie, nous avons choisi de ne pas vous les diffuser, car celles-ci présentent des scènes d’horreur difficilement soutenables.

« Sachez que nous mettons tout en œuvre pour appréhender l’individu que vous voyez sur ces images », se sont brièvement excusés les officiels en charge du dossier. « Le cas est compliqué puisqu’il pourrait s’agir d’un ressortissant européen. Dans l’immédiat, aucun signe ne montre que l’individu se trouve encore sur notre sol. Il pourrait être retourné chez lui. Nous travaillons conjointement avec les services secrets de nos partenaires pour pouvoir l’identifier formellement ».

Malgré la prudence des autorités, donc, ces images ont réussi à se disséminer très rapidement sur la toile. Filmée depuis le ciel, probablement d’un drone de surveillance, la vidéo montre un homme seul prenant d’assaut une ferme aux habitants lourdement armés. En quelques gestes, l’individu désarme ses assaillants ou fait en sorte qu’ils retournent leurs armes contre eux. La dernière scène, particulièrement insoutenable, montre de véritables scènes de torture, comme en témoignent les nombreuses taches rouges sur les images. Enfin, le suspect détruit la ferme d’un battement de cil, sans utiliser d’explosif, et s’en va. La vidéo est datée du 30 avril dernier. De nombreux internautes ont ainsi fait le rapprochement avec la destruction d’un champ appartenant à une secte évangélique, l’église Davidson, attribuée sans doute trop tôt à un phénomène météorologique rare appelé « tornade ardente ».

À la question « cette affaire est-elle liée d’une manière ou d’une autre à Graddy Smith ? », les autorités sont restées évasives.